Un creuset d’inégalités et d’indignation – n°12

Posted on 16th septembre 2010 in Billets d'humeur

La Section Nationale des Officiers de port SNPAM CGT n’est pas décidée à baisser les bras face au silence de notre Administration qui peine à répondre à nos nombreuses revendications.

Deux d’entre elles doivent être portées au débat, il s’agit des méthodes de recrutement et la valorisation de nos grilles indiciaires. Ces deux points étroitement liés font l’objet de critiques et de discussions au sein de la profession.

La majorité des Officiers de port sont recrutés historiquement par le biais des concours, voie de recrutement juste et normale de la Fonction Publique qui permet de donner une chance de réussite à tous.

Maintenant, sans aucune concertation avec les organisations syndicales, d’autres voies de recrutement d’un autre âge apparaissent dans la profession, pour exemple ceux des emplois réservés (L.4139-3 du code de la Défense) mais aussi des procédures particulières de détachement – intégration avec ou sans concours (L.4139-1 et L.4139-2 du code de la Défense)
La dichotomie des différents modes de recrutement crée l’indignation des personnels au sein des capitaineries. C’est dans ce sens que notre organisation syndicale a fait connaître son opposition à ces différents modes de recrutement inégaux tout en dénonçant l’arbitraire de notre Administration.

La professionnalisation des Armées, victimes aussi du volet «Défense de la RGPP», nous impose par des textes de loi, des nouveaux modes d’enrôlement pour notre profession.

Dura lex, sed lex !

Plus précisément, les articles L 4139-1 et L.4139-2 du code de la défense rajoutent des inégalités non négligeables parmi les personnels qu’ils soient lauréats des concours ou pas.

Le bénéfice du détachement – intégration (L.4139-2 du code la Défense) est critiquable à plusieurs niveaux puisqu’il permet aux intéressés, sans passer le concours, de conserver l’indice acquis antérieurement dans le cadre militaire vers le nouveau cadre d’emploi. On peut facilement mesurer les effets néfastes d’une telle mesure.

Le recrutement, même marginal, par le biais de l’article L.4139-1 du code de la Défense, c’est à dire «concours – détachement et intégration» a été validé par l’Administration sans aucune information aux organisations syndicales. Ce type de recrutement singulier pour la profession mérite une analyse fine et un débat de fond par les organisations syndicales. A la demande de nos mandants, ce point est logiquement inscrit sur le cahier revendicatif de la Section Nationale des Officiers de port CGT.

Quid sur la motivation des gagnants et des perdants?

Cela repose également sur la nécessité impérative d’une refonte complète de nos grilles indiciaires désuètes et basses.

Notre organisation syndicale a le devoir de porter des avis critiques sur les différents modes de recrutement qui peuvent devenir à terme contre productif pour la profession. Afin de valoriser la profession et pour faire face aux difficultés de recrutement prévisibles dans les années à venir, nous rappelons que notre organisation a porté l’idée de mettre en place une formation d’Officier de port au sein du nouvel Etablissement national d’enseignement supérieur maritime.

Nous vous invitons à méditer sur cette citation :

Une chose n’est pas juste parce qu’elle est loi. Mais elle doit être loi parce qu’elle est juste. (Montesquieu)

Les secrétaires généraux
E.FRANQUES – M.QUEMENER